Comment dessiner une bouche

Petits trucs pour t'aider à dessiner une bouche vue de face


Comme il se doit, il faut bien en examiner la forme. Il y a tant de formes de bouches; minces, pulpeuses, grandes, petites, etc... qu'il est important d'y porter attention. Je m'explique: quand vient le temps de dessiner une bouche (ou tout autre élément), il est important de faire abstraction de ce que notre cerveau sait. Hé oui, il faut le mettre à off de temps en temps! Je sais, ce n'est pas évident. Mais c'est pour une bonne cause. La raison est bien simple; en faisant taire cet indésirable cerveau manipulateur qui nous fait reproduire les choses comme des schémas, il est plus facile de dessiner ce que l'on voit vraiment. Il faut essayer le plus possible de voir notre sujet comme un ensemble de lignes, de formes, de lumières et d'ombres. J'y reviendrai probablement plus en profondeur dans un autre article. Bon, alors, cette bouche, puisque c'est elle qui est à l'honneur aujourd'hui.


Malgré leurs différences, il y a tout de même certains similitudes:

Mis à part des effets de lumières spécifiques, la lèvre supérieure sera plus foncée puisque généralement, la lumière vient d'en haut.

L'ombre et la ligne la plus foncée de la bouche se trouve à être celle qui se trouve entre les lèvres.

Il est plus avisé de ne pas dessiner les contours de la bouche trop définis; çà fait moins naturel.

Fort du principe selon lequel on débute par la forme en général pour finaliser avec les détails, tu peux dessiner la bouche en tout premier lieu en un ton uniforme en indiquant un peu les parties ombrées et en laissant un espace blanc pour les rehauts de lumière (surtout si tu utilises seulement le graphite). Puis, par la suite, tu peux ajouter des traits enveloppant la forme de la bouche.


Maintenant, le sourire. Hà, çà ce n'est pas évident. Beaucoup se heurtent à la difficulté de dessiner les dents. Comment donner la blancheur des dents sur du papier blanc. Ou bien comment donner un aspect naturel et non grossier en faisant des traits trop prononcés entre les dents. Il faut savoir en premier lieu que lorsque nous rions, les coins de la bouche ne sont pas pointus (comme veut nous le faire croire notre bon cerveau). Non, les angles sont arrondis. Et la lèvre supérieure s'étire horizontalement. La lèvre inférieure, elle, forme une courbe. La plupart du temps, on ne voit que les dents du haut. Et là encore, pour certaines personnes, on voit également une bonne partie des gencives. Alors, il faut bien observer.

Pour les dents, il est préférable de simplifier les formes et de les séparer par de légers traits très pâles.


Maintenant, voyons tout cela en pratique.


La bouche fermée



Le premier jet. Un dessin très simplifié avec des emplacements définis pour les rehauts de lumière.

J'estomperai un peu les contours par la suite car je ne veux pas qu'ils soient trop prononcés.







Dessin des premières tonalités. Le tout reste très pâles pour faciliter les corrections si il y a lieu.

À remarquer: les traits effectués sont courbes pour pouvoir envelopper la forme des lèvres.







Lors des deux premières ébauches de la bouche, j'ai utilisé un crayon H.

Je peux maintenant prendre un crayon 3B pour obtenir des valeurs plus foncées.

Les espaces pour les éclats de lumière sont toujours intacts. Entre chaque étape, j'estompe.






Avec les crayons 3B, 6B. Renforcement des valeurs tonales. Je commence ici à donner des traits un peu plus foncés sur les lèvres. Le trait central qui sépare les lèvres n'est pas qu'une seule ligne simple continue. Il y a des variations de tons.

On ne voit plus les lignes de contour.





Le produit final. Les lumières sur la lèvre inférieure ont été travaillées. Les dernières touches ont été faites avec le crayon 6B pour obtenir un contraste visible. Quelques légères lumières sont ajoutées sur la lèvre supérieure. Parce que même dans l'ombre, il y a toujours un peu de lumière. Sinon, ce serait le noir absolu.





La bouche souriante


L'ébauche de la bouche. Toujours très pâle au début avec un crayon 2H.

Les dents sont déjà dessinées.







Deuxième étape. Pour le travail des lèvres, c'est le même processus que pour la bouche fermée. Je ne m'y attarderai pas trop. C'est plutôt le travail des dents qui importe ici.

Avec le crayon 3B, je travaille surtout les

gencives et les coins de la bouche.





Avec les crayons 3B et 6B. Renforcement des tonalités. J'ai très légèrement ombrer les dents. Mais cela doit rester très pâle puisque j'aurai à effacer pour aller chercher les lumières.





Les ombre et lumières sur les lèvres sont terminées.

On ne voit plus les lignes départ entre les dents. S'il faut faire une démarcation entre elles, j'utilise plutôt le bout de mon estompe pour que ce ne soit pas une démarcation trop franche. J'utilise mon efface pour mettre plus de lumière sur les dents.

À remarquer. Plus les dents sont proches des coins de la bouche, plus elles sont ombrées.

Évidemment, cette étude se veut vraiment une introduction. Car beaucoup d'autres éléments entrent en ligne de compte. Les sources de lumières et la morphologie propre à chaque individu, entre autres.